En mettant à jour cette page, je revenais sur une réflexion qui m’avait traversé l’esprit en regardant, de l’Ange Exterminateur, l’épisode de la main coupée qui se promène et finit par tenter d’étrangler une femme.

Je me suis dit « On ne ferait plus ça aujourd’hui. Voilà une pensée qui n’est plus à la mode ». Puis, je me suis dit que la main coupée est à plus justement parler, non pas une pensée mais un effet du cinéma de l’époque, parce que la technique venait d’en ouvrir le possible, et disons un motif, si on se réfère au surréalisme. Effet repris avec humour en version étendue par des films comme La Famille Adams.

Je me suis alors demandé si on peut dire qu’une pensée n’est plus à la mode. Et du coup, quelle était cette « pensée » derrière l’effet en question. Il semblerait que ce soit l’idée que la main n’appartienne à personne en propre. Ce qui rend encore plus terrorisant cette autre idée qu’elle souhaite étrangler quelqu’un. La pensée qu’il puisse résider dans un organe purement exécutif une volonté, qui plus est de mort, cette idée que la chair puisse avoir cette autonomie est en soi terrorisante.

Mais peut-elle « passer de mode » ? Disons qu’hormis le cadre fantastique assumé de la Famille Adams, on ne ferait plus cela, que de mettre un seul effet, même si l’atmosphère de l’intrigue s’y prête. Mais alors, comment signifierait-on aujourd’hui en cinéma qu’une personne se fait étrangler par une autre « insituable », et  que c’est sans doute une chimère ?

En répondant : « On n’insinuerait pas une telle pensée dans ce cadre », je fais un aveu de défaite et je glisse vers la contradiction : si je concède que sans l’effet, on ne peut véhiculer l’idée, je ne peux plus prétendre que la main était un seul « motif » de l’époque et du contexte surréaliste.

Et pourtant, on est en droit de poser l’hypothèse. Je pense qu’aujourd’hui, le comédien mettrait ses propres matins autour de son cou, mais à quelques centimètres, ajoutant le vide de la place des mains imaginaires de l’agresseur. Il feindrait d’agripper ces mains et de tenter de les desserrer. Ce n’est pas tout à fait pareil, mais je pense que c’est l’équivalent le plus proche.

Maintenant, revenons à la question initiale, pour voir si elle a perdu de sa pertinence.

 

Publicités